Utiliser une imprimante Canon Pixma TR8550 sous Linux

Suite à la mort inopinée de ma précédente imprimante, une HP OfficeJet 6700 Premium qui m’avait inspiré, il y a longtemps, à écrire un billet de blog coup de gueule à propos des pilotes d’imprimante, j’ai été obligé de racheter en catastrophe une nouvelle imprimante multifonction.

Canon Pixma TR8550
Mon imprimante Canon Pixma TR8550.

J’ai jeté mon dévolu sur une Canon Pixma TR8550, qui est une imprimante plutôt compacte et adaptée à mon usage : des impressions occasionnelles de documents, mais surtout beaucoup de scans.

Puisque faire fonctionner cette machine sous Linux était un peu plus compliqué que prévu, je vous propose donc ce petit retour d’expérience, dans lequel je décris ce qu’il a fallu que je fasse pour profiter pleinement de cette imprimante sous Gentoo.

Installer le pilote d’impression, cnijfilter

Il s’agit malheureusement d’un de ces appareils qui nécessite la compilation et l’installation, depuis les sources, de son pilote, qui est de plus fourni avec une collection de bibliothèques sous forme de « blob » binaire. Bref, donc pour ceux qui abhorrent l’idée de faire tourner des logiciels propriétaires sur leur poste libre, cette imprimante n’est pas pour vous.

Sous Gentoo, le pilote est heureusement déjà disponible dans l’arbre Portage. Pour l’installer, il suffit en théorie de taper :

# emerge cnijfilter2

Sauf qu’au jour où j’écris ces lignes, la version de cnijfilter2 dans l’arbre Portage est trop ancienne : il faut la version 5.50 alors que Portage propose la version 5.40. Cependant, un ebuild à jour a déjà été soumis à Gentoo, donc il suffit en théorie de le télécharger et l’installer :

# mkdir -p /usr/local/portage/net-print
# cd /usr/local/portage/net-print
# cp -r /usr/portage/net-print/cnijfilter2 .
# cd cnijfilter2

Placez ensuite le fichier cnijfilter2-5.50.ebuild que vous avez préalablement téléchargé dans /usr/portage/net-print/cnijfilter2. Puis tapez la commande :

# ebuild cnijfilter2-5.50.ebuild manifest

Ajoutez dans votre /etc/portage/package.keywords la ligne suivante :

net-print/cnijfilter2

Enfin, ajoutez /usr/local/portage à votre PORTDIR_OVERLAY si ce n’est pas déjà le cas. Vous pourrez alors installer le pilote avec :

# emerge cnijfilter2

Ajout de l’imprimante dans CUPS

Pour ajouter l’imprimante dans CUPS, c’est heureusement plus facile. Il suffit de visiter l’URL http://localhost:631. Dans l’onglet « Administration », cliquez sur « Add printer » ; si l’imprimante est allumée, elle devrait alors immédiatement apparaître dans la section « Discovered network printers ».

Lorsque CUPS demande le pilote à utiliser, il faudra choisir le pilote « Canon TR8500 series Ver.5.50 » (ils n’ont pas fait de fichier PPD pour le modèle exact, ce qui est étonnant). Le reste est suffisamment simple et pour ma part, la page de test est sortie du premier coup.

Pour scanner, ça se complique

En revanche, ce qui m’a donné de loin le plus de fil à retordre était la partie scanner. Pour l’utiliser, Il faut passer par l’utilitaire propre à Canon, baptisée « ScanGear MP » ; je n’ai pas réussi à faire fonctionner SANE.

La principale raison est qu’un bug s’est glissé dans ScanGear. Après avoir pas mal lutté pour l’installer sur ma machine, j’ai voulu scanner une page de test. Las ! l’outil segfaulte juste après avoir sélectionné l’emplacement lequel écrire le PDF.

Il s’avérait donc que c’était tout simplement la faute d’un pointeur non initialisé à NULL avant sa première utilisation. Il m’a fallu corriger ce petit bug avant que ça marche.

Pour le reste, j’ai écrit un ebuild, que j’ai soumis à Gentoo. Il m’a fallu environ une soirée pour le mettre au point, et une petite heure de plus pour le mettre au propre. Mais un jour, peut-être, vous pourrez installer l’utilitaire de scan avec la commande emerge scangearmp2.

Pour le reste, rien de vraiment folichon : l’outil se lance avec la commande scangearmp2, propose quelques réglages élémentaires et un bouton pour scanner. La résolution du scan est fixée ; à combien, je l’ignore, mais elle est égale ou supérieure à 300 ppp, ce qui suffit largement pour mon utilisation.

Capture d’écran de ScanGear MP
La fenêtre principale de ScanGear MP.

Conclusion

Je peux m’estimer heureux que le bug de ScanGear se résumait à un simple pointeur non initialisé, parce qu’en activant les avertissements de compilation (-Wall), le résultat fait un peu peur.

Quoi qu’il en soit, je me suis rapproché du service client de Canon, et je leur ai transmis le patch en leur expliquant le problème que j’ai corrigé. J’espère donc que ce correctif finisse par être intégré officiellement.

Bien que je trouve légèrement frustrante la nécessité d’installer des logiciels propriétaires de Canon, je saurai m’en accommoder si cette imprimante s’avère être fiable. On verra bien dans combien de temps il me faudra la changer, mais en attendant, croisons les doigts.

Posté par x0r à 0 commentaire • Tags : linux canon retour expérience pixma imprimante scanner

Commentaires

Poster un commentaire

Poster un commentaire